Archives pour la catégorie Divers

Manipulations de format mbr et gpt

gpt-mbrContrairement à ce que l’on pense généralement, il est possible de convertir un disque dur pour le faire passer du format mbr au format gpt et inversement.

La manipulation n’est pas aisée, mais elle fonctionne. On peut le faire avec un Windows mais aussi avec un Linux.

L’outil à utiliser dans ce cas-là est un outil Linux appelé gdisk. Il fonctionne en mode texte, mais sa puissance est incontestable.

Avertissement : toute manipulation de la table de partition est sensible. Il faut en faire une sauvegarde au préalable. Gdisk permet de faire ça très aisément. Par exemple, pour sauver dans /home la table du disque sda vers un fichier partsave  :

sudo sgdisk /dev/sda -b partsave

Pour informations complémentaires sur les formats mbr et gpt, consulter cette synthèse.

Techniques utiles

cmdQuelques techniques efficaces en invite de commandes ou autres outils pour se dépanner facilement.

 

 1. Création d’une clé usb bootable en uefi

Depuis un autre pc W8/W10, on insère la clé usb, on sélectionne la touche windows et X, puis « invite de commandes en mode administrateur ». Depuis Vista ou W7, choisir le menu démarrer > programmes > accessoires et clic droit sur cmd.

diskpart
list disk (on repère le n° de la clé, d'après la taille affichée)
select disk n (on remplace n par le n° de la clé)
clean  (ici, on supprime tout, donc pas d'erreur)
create partition primary
format fs=fat32 quick
assign
active (pour la rendre bootable) 
exit

Là, on ouvre le fichier iso de W7, W8 ou W10 avec 7zip, winrar, ou daemon tools, et on copie tout le contenu de l’iso (en UEFI, version 64 bits obligatoire) sur la clé. Elle est prête.

A noter qu’un outil permet de faire la même chose de manière automatisée : rufus:

    • Option « mbr pour bios et UEFI ».
    • Formatage en fat32
    • On sélectionne l’iso sur laquelle on veut booter..

Nouveau : créer une clé Windows bootable depuis un PC sous Linux.

2. Réparation d’un « grub-rescue> » affiché au démarrage, ou suppression d’une partition Linux (legacy et UEFI)

A. W7 est installé en mode traditionnel (legacy). C’est de moins en moins fréquent.

La manipulation se fait depuis la console de réparation ou depuis le DVD d’installation, en invite de commandes.

bootrec /fixmbr
bootrec /fixboot

On exécute ensuite les points B.b et B. c. qui sont communs aux deux types d’installation.

B. W7 (on en trouve), W8 ou W10  est installé en uefi

Tout est faisable depuis Windows lui-même en invite de commandes. On monte la partition efi en Z, on supprime le dossier Ubuntu et son contenu et on démonte le volume Z. On supprime les partitions Linux et on nettoie la NVRam. Il ne reste aucune trace d’Ubuntu.

a. On supprime grub et le dossier Ubuntu de la partition efi

mountvol z: /s
z:
cd efi
cd ubuntu
dir (on voit grubx64.efi et shimx64.efi et mokmanager.efi, en principe)
del *.*
cd ..
rd ubuntu
mountvol z: /d

b. Supprimer les  partitions Linux (en général, il y en a deux, la racine et le Swap)

c. Étendre la partition précédente (en principe C)  pour récupérer l’espace libéré.

d. Installer Easyuefi et supprimer l’entrée Ubuntu si elle se trouve encore dans la NVram (c’est fréquent). Faisable aussi avec bcdedit /delete, mais autant faire simple.

3. Désactivation de la mise en hibernation par l’invite de commandes.

On lance l’invite de commandes (de préférence en administrateur), et on tape :

powercfg -h off

Sinon, on essaie en invite de commandes, mode administrateur.

del /A:HS c:\hiberfil.sys

On remplace C par la lettre de son système.

4. Installer et faire un état des Lieux avec Testdisk.

Voir sur le sujet suivant : http://ikewdu.free.fr/installer-testdisk-pour-recuperer-des-partitions/

5. Ajouter une entrée en NVRam d’un PC UEFI

Quatre méthodes pour ajouter une entrée NVRAM en UEFI (nouveau)